ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE


    3as Première Composition De Français

    Partagez

    aminored

    Date d'inscription : 21/09/2010

    3as Première Composition De Français

    Message par aminored le Mer 30 Nov - 20:57

    Première Composition De Français
    CLASSE DE 3AS / langues


    TEXTE :

    Ce que je rends public aujourd’hui, par ce texte, je ne l’avais encore jamais dévoilé, même pas à mes plus proches : frères, sœurs, femme, enfants, amis. J’avais seulement évoqué, que j’avais vu des actes de torture, que mon séjour en Algérie avait été très dur, mais j’avais toujours fui les questions à ce sujet. C’est un miracle que j’en sois revenu, mais au fond de moi, j’avais une très profonde honte de ce qui s’était passé. Souvent, j’ai repensé à cette période et tenté d’analyser comment des actes aussi odieux pouvaient se dérouler.
    Jeune, comme la majorité de l’époque, je n’avais pas envie de " faire " cette guerre d’Algérie.
    J’ai participé à des manifestations pour dire non à la guerre d’Algérie, je me suis fait arrêter plusieurs fois : j’ai été fiché comme " subversif ".
    Ce qui est surprenant, c’est que mon " passé " de " subversif " ne m’a pas suivi en Algérie, et je me suis retrouvé affecté bizarrement dans le service d’officier de renseignement du 184è bataillon du train à la villa Susini d’Alger. Ce service était chargé de " collecter " toutes les informations possibles sur les activités du FLN en particulier à Alger.
    Mon " baptême ", si j’ose dire, c’est le surlendemain de mon arrivée : un appelé à quatre jours de la " quille " se fait tuer à Belcourt parce qu’il avait, seul, dans la rue, demandé ses papiers à un Algérien qu’il ne connaissait pas comme habitant le quartier. Cela a provoqué des représailles : les militaires de ce régiment sont partis, en commando " venger " le copain. Le bilan effectué au retour de cette " opération " punitive par les différents groupes y ayant participé était de plus de 400 personnes exécutées. Cela avait duré presque tout l’après-midi : tous les hommes trouvés dans les logements (c’est-à-dire de 14 à 80 ans) étaient abattus devant les femmes et les jeunes enfants.
    Les interrogatoires qui se passaient dans la grande salle du sous-sol de la villa Susini étaient généralement horribles. Généralement le détenu devait se mettre nu. L’état-major ayant expliqué que de cette façon, celui qui était interrogé ne pouvait que se sentir inférieur et plus facilement contraint à parler. Le traitement était identique pour les femmes. La plupart des interrogatoires qui se passaient en sous-sol étaient faits sur la table souvent trop courte pour que la personne soit complètement allongée, souvent attachée aux pieds de la table par les membres. Et là l’horreur pouvait durer des heures : des coups en tout genre (poing, bâton, pistolet, ceinturon…) sur toutes les parties du corps, les cheveux arrachés... (…)
    Pendant cette période, j’ai fait ce que je pensais pouvoir faire pour limiter au maximum cette participation à ce qui me révoltait au plus fort de moi.
    Mais c’est à titre collectif, que j’ai le sentiment, comme Français ancré dans l’idée de la liberté, et le combat nécessaire pour la défendre, de porter une part de culpabilité de torture dans cette période.

    Henri Pouillot : " La guerre, cet enfer "
    Subversif : qui agit dans un sens contraire à l’ordre social
    Baptême : 1ère expérience, début de mon service

    QUESTIONS
    I-Compréhension (12pts)
    1) Ce texte est-il l’œuvre
    - d’un historien ?
    - d’un journaliste ?
    - d’un témoin ?
    Recopiez la bonne réponse puis justifiez votre choix. (01pt)
    2) Sur quoi les événements racontés portent-ils ? (01pt)
    3) A quelle période de l’Histoire de l’Algérie appartiennent ces faits? (01pt)
    4) Quelle était la position de l’auteur envers la guerre en Algérie ? (0.5pt)
    Quelles phrases du texte justifient votre réponse ? (relevez-en deux) (01pt)
    5) Pourquoi l’auteur avait-il toujours refusé d’évoquer son séjour en Algérie ? (01pt)
    6) De quoi était-il chargé à cette époque ? (0.5pt)
    7) Quel prix les Algériens ont-ils payé pour l’assassinat d’un appelé français à Belcourt ? (01pt)
    Cool En remplissant le tableau suivant, justifiez les temps des verbes du texte : (02pt)
    Enoncé Temps du verbe Repère temporel Valeur d’emploi
    ♣ Ce que je rends public aujourd’hui par ce texte…
    (1er paragraphe)
    ♣ J’ai participé à des manifestations pour dire non à la guerre d’Algérie. (2ème paragraphe)
    ♣ Un appelé (…) se fait tuer à Belcourt.
    (4ème paragraphe)
    ♣ Les interrogations se passaient dans la grande salle… . (5ème paragraphe)

    9) Le texte traduit des sentiments tous confondus de la part de l’auteur. (01pt)
    Identifiez-les tout en justifiant chacune de vos réponses.
    10) Quelle est la visée communicative de l’auteur. (01pt)
    11) Proposez un titre au texte. (01pt)

    II-Expression écrite : traitez un sujet au choix
     Sujet 01 : Faîtes le compte-rendu du texte.
     Sujet 02 : à partir des notes ci-dessous, rédigez un texte expositif ayant pour titre :
    « Histoire de l'Algérie : Evénements de 1962 »
    8 février
    Appel à manifester pour la paix en Algérie et contre l’OAS de la part du PSU (Parti Socialiste Unifié) et le PC (Parti Communiste)
    Répression policière très violente menée par le Préfet Maurice Papon (8 morts une centaine de blessés).
    18 mars
    Signature des accords d’Evian et reconnaissance de la souveraineté de l’Etat algérien par la France
    19 mars à midi
    Programmation du cessez-le-feu.
    26 mars
    réunion de 4 000 Européens d'Algérie à Bab El-Oued : protester contre le bouclage du quartier par l'armée française.
    A 15 heures, heurt des manifestants aux artilleurs de l'armée française.
    Tir involontaire par un soldat paniqué provoquant l'assaut pendant 12 minutes
    Mort de 46 personnes dans la fusillade. 200 blessés.
    8 avril
    Ratification des accords de cessez-le-feu par le peuple français à 90,7% de "oui"
    "Le référendum règle le problème algérien" déclaration du chef de l'Etat .
    22 août
    Prise à partie du cortège présidentiel par l'OAS . Le général de Gaulle en réchappe.
    29 septembre
    Ahmed Ben Bella, chef du (FLN), élu par 159 voix contre 1, premier Président du Conseil par la nouvelle Assemblée Nationale Algérienne.

      La date/heure actuelle est Dim 11 Déc - 11:51