ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE


    Référentiel de compétences des P.E.S. de français, langue étrangère.

    Partagez
    avatar
    Administrateur
    Admin

    Date d'inscription : 03/11/2009
    Localisation : Algérie

    Référentiel de compétences des P.E.S. de français, langue étrangère.

    Message par Administrateur le Mer 3 Nov - 6:11



    Référentiel de compétences des P.E.S. de français, langue étrangère.

    Message par Administrateur le Lun 21 Déc 2009 - 7:20
    1. Référentiel de compétences des P.E.S

    Principes généraux .
    Le Professeur d’Enseignement Secondaire (P.E.S) de langue française est un enseignant capable d’enseigner le Français Langue Étrangère.
    Il a vocation à enseigner et éduquer dans le cycle secondaire général et technique de la 1ère AS à la 3ème AS.
    Il exerce un métier en constante évolution.

    Au regard de ce référentiel, sont ici précisées les compétences professionnelles que devrait posséder ou consolider le Professeur d’Enseignement Secondaire de Français, Langue Étrangère.

    Ces compétences professionnelles s’organisent selon les quatre axes suivants:

    1.Les compétences disciplinaires.
    2.Les compétences professionnelles relatives aux situations d’apprentissage.
    3.Les compétences d’animation du groupe-classe et d’utilisation des techniques et des outils didactiques.
    4.Les compétences en législation scolaire.

    1.COMPETENCES RELATIVES A LA DISCIPLINE :
    Le Professeur d’enseignement secondaire de français doit posséder une connaissance et une maîtrise satisfaisante de la communication orale et écrite en langue française.
    Cette maîtrise du français doit-il la développer également comme outil opératoire dans une démarche d’enseignement/apprentissage. Aussi doit-il connaître les principes philosophiques, psychologiques, sociologiques, et didactiques qui présupposent cet enseignement.
    Ce niveau de savoir et de savoir-faire professionnel ne pourrait être opératoire que si le professeur fournisse un effort de lecture et de recherche sérieux et constant.
    Cette attitude aura pour finalité, d’une part à remédier aux insuffisances d’une formation initiale qui le plus souvent ne préparait que secondaire sinon pas du tout au métier.
    D’autre part, elle permettra ainsi à l’enseignant «non spécialiste » l’acquisition d’un savoir disciplinaire et d’un savoir-faire professionnel sans lesquels il ne pourrait pas accomplir sa mission de P.E.S de F.L.E dans les conditions requises.

    2.COMPETENCES PROFESSIONNELLES ATTENDUES D’UN P.E.S DE FRANCAIS :

    Ainsi, il est attendu d’un P.E.S de français d’être capable de:

    1) Maîtriser les contenus du programme c’est-à-dire les objectifs généraux de l’enseignement du français dans le cycle secondaire général et technique (projets et unités didactiques ou compétences discursives à installer)
    2) Traduire ce contenu en objectifs spécifiques d’enseignement et en objectifs opérationnels d’apprentissage en fonction des pré-requis et des capacités des apprenants.
    3) Concevoir et inscrire une situation d’apprentissage dans une progression et en identifier les préalables.
    4) Définir l’activité proposée à l’apprenant, l’inscrire dans une durée, formuler des consignes précises, élaborer des questionnaires pertinents, ouverts qui stimulent le questionnement de l’apprenant et incitent ce dernier à la recherche.
    5) Identifier les obstacles que peuvent rencontrer les apprenants ceux notamment liés à une maîtrise imparfaite de la langue.
    6) Concevoir des activités de consolidation des acquis à savoir :
    - préparer des exercices d’entraînement et en varier le nombre,
    - mettre en oeuvre des situations de réinvestissement des acquis,

    *construire des situations d’évaluation aux différents moments de l’apprentissage c’est-à-dire :
    - Comprendre les fonctions de l’évaluation ( quoi, quand, comment évaluer ?)
    - Définir le niveau d’exigence de l’objectif à évaluer dans l’activité,
    - Etablir des indices et des critères de réussite,
    - Analyser les résultats constatés et déterminer les causes des erreurs,
    - Prévoir des activités de remédiation et d’approfondissement en fonction de cette analyse.

    *
    Mettre en relation les différents aspects d’une situation d’apprentissage : notamment les résultats obtenus et le comportement des élèves avec le projet et les données de départ,
    *
    Mesurer l’efficacité de son enseignement et en tenir compte pour la conception et la planification des séquences futures.

    En résumé, le professeur doit affiner sa compétence et ses capacités à :

    *
    Organiser l’espace de la classe et gérer le temps scolaire en fonction des activités prévues.
    *
    Être sensible aux rythmes d’apprentissage des apprenants et avoir le souci de les prendre en compte.
    *
    Gérer les différents moments d’une séquence d’apprentissage.
    *
    Gérer l’alternance des temps de recherche et des temps de synthèses
    *
    Utiliser de façon appropriée les supports, outils, aides diverses : le tableau, des documents écrits et audiovisuels...
    *
    Adapter les formes d’interventions et de communication aux types de situations et d’activités (postures, place, interventions orales, vérification des consignes, etc.)
    *
    Tirer parti des erreurs et des réussites des apprenants.
    *
    Gérer des modalités pédagogiques différentes en fonction de la diversité des apprenants : prendre en compte dans son enseignement l’hétérogénéité des niveaux. Pour cela, varier (différencier) les situations d’apprentissage pour atteindre un même objectif.

    3.Compétences liées à la conduite de la classe et à la prise en compte de la diversité des élèves :

    Exercice de l’autorité et maîtrise de la relation pédagogique :

    Le professeur doit être capable de :

    *
    Élaborer, faire comprendre et faire respecter les consignes de travail et les règles de vie collective dans la classe.
    *
    Être attentif aux réactions des élèves : proposer des substituts aux activités prévues, en varier les modalités, relancer l’intérêt des élèves.
    *
    Savoir situer les apprenants dans une dynamique de progrès, et les responsabiliser.
    *
    Se mettre à l’écoute des élèves et développer une écoute mutuelle dans la classe.

    Gestion de la classe et de la diversité des apprenants :

    Attaché à la réussite de tous les élèves, quels que soient leurs atouts et leurs difficultés, le P.E.S devra être sensible à la diversité des élèves de telle sorte qu’il puisse :
    Dans sa classe :

    *
    Gérer des modalités pédagogiques différentes en fonction de la diversité des tâches et des formes de travail.
    *
    Tirer parti de la diversité des goûts et des cultures, des aptitudes et des rythmes d’apprentissage des élèves.
    *
    Varier les situations d’apprentissage (magistrales, individualisées, interactives) pour atteindre un même objectif.
    *
    Utiliser successivement ou simultanément différents supports et différentes modalités de travail des élèves au sein de la classe (travail collectif, individualisé ou en groupe)

    Dans le lycée :

    *
    Rechercher des modalités de travail en équipe qui lui permettront de comprendre les enjeux d’un projet de classe et d’un projet de cycle.
    *
    Travailler en collaboration avec les enseignants de la classe ( en conseil de classe) et des structures spécialisées ( personnel de l’orientation…) pour prendre en compte les élèves en difficulté et éventuellement les élèves handicapés intégrés dans les classes.

    4. Compétences dans le domaine de la législation scolaire :

    Les responsabilités du P.E.S s’exercent dans le cadre des textes qui régissent le système éducatif algérien.
    Aussi, le P.E.S doit-il identifier les valeurs qui constituent les fondements de notre système éducatif. Et d’autre part, connaître ses droits et ses devoirs en se reportant aux principaux textes de référence suivants :

    * L’ordonnance n°45/76 du 16 avril 1976.

    *
    Le statut particulier des travailleurs de l’éducation. (N°90/49 du 06 février 1990)
    *
    La circulaire ministérielle (184/94) relative au projet d’établissement.
    *
    La circulaire ministérielle N° 293/95 du 30.9.1995 relative aux modalités d’organisation des concours et des examens professionnels dans l’administration et les établissements publics.
    *
    Les décisions ministérielles portant "Organisation et fonctionnement des établissements de l’enseignement fondamental et secondaire".

    La lecture de ces textes permettra au P.E.S d’acquérir une connaissance et une maîtrise des finalités du système éducatif de telle sorte qu’il puisse être capable de :

    *
    situer les missions de l’école algérienne en général et celles du secondaire en particulier.
    *
    connaître les démarches et dispositifs assurant la continuité et la cohérence des apprentissages au secondaire dans le cadre de l’enseignement fondamental, secondaire et supérieur.
    *
    connaître l’organigramme et la réglementation de l’éducation nationale, en priorité ceux concernant le lycée.

    Conclusion :

    Ces compétences une fois acquises demanderont néanmoins à être consolidées et enrichies tout le long de la carrière.
    Il est à rappeler qu’il n’y a pas de véritable professionnalisation sans souci permanent d’acquérir de nouvelles compétences, de renouveler et de mettre à jour ses connaissances, de remettre en question ses habitudes et ses manières de faire.
    C’est à cette condition que le P.E.S pourra progressivement se forger une identité professionnelle qui lui permettra à la fois d’exercer un métier en constante évolution et d’assumer la diversité des apprenants et des situations d’enseignement.
    Lire le rôle de l'enseignant stratégique ( Selon Jacques Tardif)


    LES EPREUVES DU CAPES


    Haut de la page

    2.Modalités du passage de l'examen du CAPES.

    Le Certificat d’Aptitude Professionnelle de l’Enseignement Secondaire est un examen qui comporte trois épreuves.

    Les deux premières épreuves doivent se dérouler dans des classes de niveau différent et porter sur des types de textes différents ( par exemple: le récit en 1ère A.S, l’argumentation en 3ème A.S…).

    Au début de chaque séance, le professeur devra remettre au président du jury un dossier comportant le projet pédagogique et les séquences correspondant à l’épreuve présentée.

    Il devra aussi présenter au jury outre le cahier de textes de la classe, son cahier journal et sa répartition annuelle…

    Pour la séance de compte rendu d’expression écrite, le professeur présentera également les copies d’élève corrigées ainsi que la grille d'évaluation détaillée de la classe.

    La troisième épreuve consiste en une interrogation orale. Le professeur devra répondre à des questions de psycho-pédagogie et de législation scolaire.
    I/ PREMIERE EPREUVE : PRESENTATION D’UNE LECON DE COMPREHENSION :
    Objectif de cette épreuve : Elle vise à tester les capacités du professeur à :
    - Guider l’élève dans la découverte et la (re) construction du sens d’un texte.
    DEROULEMENT DE LA SEANCE :
    En premier lieu, il est à rappeler que l'un des objectifs de la compréhension de l’écrit consiste à appréhender un texte dans ses quatre aspects fondamentaux : Typographique, thématique, syntaxique et discursif.
    1er moment : Analyse des éléments périphériques du texte :

    Distribuer le texte aux apprenants et leur demander d’observer sa présentation : Titre, corps du texte, source, typographie etc. A partir de ce premier contact avec le texte, c’est-à-dire cette lecture diagonale du support, et à partir de ses données iconiques, amener les élèves à formuler des hypothèses de sens dont les plus pertinentes peuvent être portées dans un coin du tableau.

    2ème moment : Lecture silencieuse du texte par les élèves (avec consigne(s) de lecture précise(s))

    Le professeur lira le texte (lecture silencieuse) en même temps que ses élèves de manière à chronométrer cette activité. Cette activité a pour premier objectif de vérifier les hypothèses de sens formulées précédemment par les élèves et à amener ces derniers à identifier le modèle d’expression. Après avoir questionné les apprenants sur le contenu global du texte (thème ou idée principale), le professeur ne gardera au tableau que l’hypothèse la plus juste et effacera les autres.

    Si après la lecture silencieuse, les élèves n’arrivent ni à dégager l’idée principale du texte, ni à identifier le type discursif ou s’ils font un contre-sens sur son contenu le professeur procédera à une lecture expressive (magistrale, à haute voix) pour aider les élèves à appréhender le texte dans sa globalité.

    La lecture magistrale du professeur ne se justifie que dans ce cas là. Elle vise à faciliter l’entrée dans le texte.

    3ème moment : Explication du texte :

    Par un jeu de questions- réponses « balayant » l’ensemble du texte afin de mettre en évidence sa structure et son contenu, les apprenants construisent ou « reconstruisent » et s’approprient au fur et à mesure le (s) sens du texte.

    En même temps que l’exploitation avance, le professeur portera au tableau la forme qui convient le mieux au type de texte étudié et à son contenu informatif (grille à double entrée, schéma du modèle discursif, plan détaillé du contenu etc.), les éléments clés du texte.

    Le retour au texte devra être fréquent car il s’agit à ce moment de la séance d’une lecture active : lecture, relecture de certains passages, repérages de mots constituant un champ lexical, de termes anaphoriques, d’articulateurs etc. Toutes les réponses devront être justifiées. Il s’agit en effet d’analyser le texte que l’on a sous les yeux et non de « bavarder » autour d’un texte.

    Cependant, il est à signaler qu’il n’existe pas d’exploitation « modèle » d’un texte : la nature des questions, la formalisation du contenu, la conception de grilles et d’outils diffèrent selon le type de texte étudié à dominante narrative, argumentative, explicative, descriptive…et surtout selon l’objectif didactique que l’on cherche à réaliser en tenant compte, bien entendu, des pré requis des apprenants. (C’est dire l’impossible conception d’une fiche « recette » toute faite pour telle ou telle activité pédagogique.)

    4ème moment : Synthèse :
    L’analyse du texte doit être suivie par une courte synthèse que les élèves porteront sur leurs cahiers à la suite des éléments clés retenus au cours de l’explication. Cette synthèse peut prendre plusieurs formes, par exemple :
    -Les élèves reformulent en deux ou trois phrases les idées forces du texte ou ce qui en fait l’intérêt.
    -Le professeur écrit au tableau un court résumé lacunaire qu’il demande aux élèves de compléter par les mots clés effacés : ceux-ci peuvent être des mots-outils (articulateurs, des termes ou expressions constituant un champ lexical dominant…)
    5ème moment : Lecture-évaluation :
    Le professeur demande à deux ou trois élèves de lire le texte à haute voix. Chaque élève lira une séquence du texte formant une unité de sens.
    Par ailleurs, il est à noter que la réalisation de cette stratégie d’enseignement reste, bien évidemment, tributaire d’un travail en amont : ce niveau pédagogique, ces moments d’enseignement/apprentissage ne peuvent atteindre leurs objectifs que si le professeur accorde une importance particulière à l’analyse pré pédagogique des contenus qu’il propose à ses élèves.
    II/ DEUXIEME EPREUVE : COMPTE RENDU D’EXPRESSION ECRITE :
    Objectif de cette épreuve : Elle vise à tester les compétences du professeur dans le domaine de l’évaluation et de la correction de l’expression écrite à partir des indications suivantes :
    - Les consignes données et les objectifs visés (la compétence discursive à installer).
    DEROULEMENT DE LA SEANCE :
    Objectif de la séance : lire le document sur le compte rendu d'expression écrite.
    Elle se déroulera en cinq temps :
    1er moment : Rappel et analyse du sujet :
    Le sujet est écrit au tableau puis analysé. Les mots clés sont soulignés. Selon le type de sujet on pourra établir un plan, rappeler le modèle discursif (type de texte), le lexique relationnel, les structures de la langue à (ré) investir. Etc.
    2ème moment : Observation et analyse d’une copie d’élève :
    La copie d’élève comportant des erreurs pertinentes est photocopiée et distribuée. Le professeur demande alors aux apprenants d’observer cette copie (sans la lire) et de faire des remarques quant à sa présentation. La copie peut, par exemple, se présenter sous forme de texte compact, ou avec des paragraphes non marqués par des alinéas etc. Les remarques seront portées dans un coin du tableau sous la rubrique : présentation.
    3ème moment : Lecture repérage :
    La lecture silencieuse du devoir à corriger est suivie de questions portant sur :
    a) La compréhension du sujet : l’élève a-t-il répondu au sujet ou non ?
    b) Les erreurs les plus fréquentes repérées par les élèves par exemple : emploi de temps incorrects, ponctuation insuffisante ou erronée, erreurs dans la construction de certaines phrases .etc. Ces remarques générales sont portées au tableau sous les rubriques compréhension du sujet et correction de la langue.
    c) Le découpage du texte : les élèves peuvent déjà à la suite de cette lecture silencieuse proposer un découpage adéquat du devoir.
    4ème moment : Correction du devoir.
    Le professeur lit la première phrase et demande aux élèves si elle est correcte. Si ce n’est pas le cas, ceux-ci doivent repérer les erreurs, les analyser sous la conduite du professeur et proposer un énoncé correct.
    Les erreurs repérées sont soulignées par les élèves, « nommées » dans la marge en utilisant le code de correction : Inc., Tps., Ac., … et corrigées sur le devoir d’élève.
    Lorsque l’énoncé à corriger est plus long, il est souligné. Le professeur l’écrit au tableau (brouillon) et les élèves sur leurs cahiers de brouillon. Puis les élèves corrigent cet énoncé sur le brouillon ( le travail peut se faire à deux) avant de faire leurs propositions.
    Certaines de ces propositions sont portées au tableau et critiquées jusqu’à ce qu’un énoncé correct soit obtenu.
    Les phrases sont ainsi corrigées une à une mais sans omettre évidemment les questions d’articulation, de cohésion et de cohérence auxquelles l’on devrait aboutir , ainsi lorsqu’on arrive à la fin d’une partie du texte ( situation initiale d’un récit par exemple), le professeur demande à un élève de lui dicter le paragraphe corrigé qu’il porte au tableau. Les élèves écrivent en même temps sur leurs cahiers de cours, partie expression écrite. La correction du devoir d’élève se poursuivra de la même façon (lecture des énoncés par le professeur, repérage et analyse des erreurs, corrections sur la copie d’élève ou au brouillon et au tableau) jusqu’à la fin du devoir.
    5ème moment :
    Le texte écrit au tableau et sur les cahiers est lu par un ou deux élèves. Cette lecture « contrôle » permet de déceler et de corriger d’éventuelles erreurs d’inattention, voire d’incohérence.
    Remarques : Les copies sont distribuées aux élèves à la fin de la séance. Ceux-ci prennent connaissance de leur note et des appréciations du professeur.
    Les élèves reprendront leurs copies ultérieurement (en séance de TD pour les 1èreA.S) afin de procéder à une correction individuelle guidée par le professeur. Ce travail peut se faire en groupe de trois ou quatre élèves.
    Conseils :
    1/ Le devoir d’élève qui servira de support à la séance sera « fabriqué » par le professeur à partir de son évaluation des copies d’élèves comportant des erreurs « intéressantes » à exploiter.
    2/ Les erreurs retenues doivent être en rapport avec les consignes données dans le sujet et donc avec les objectifs de l’unité didactique. Cela n’exclut pas bien entendu de garder certaines erreurs récurrentes portant sur l’orthographe, des constructions syntaxiques particulières, la ponctuation etc.…
    3/ Le nombre d’erreurs à corriger et la durée impartie à la correction de chaque erreur sont tributaires de la contrainte de temps (1 heure).
    Cela ne doit pas être perdu de vue par le professeur au moment où il construira sa grille d’évaluation du compte rendu de rédaction et au cour de la correction en classe.
    4/ Si dans une classe, un groupe d’élèves se distingue par une bonne maîtrise de la langue, la séance de correction de devoir pourra être suivie (dans une séance ultérieure) par une amélioration du devoir corrigé : enrichissement de vocabulaire, utilisation de tournures ou phrases plus complexes. Etc.
    Cela permettra aux meilleurs élèves de mettre en œuvre toutes leurs capacités et de « tirer vers le haut » le reste de la classe.
    5/ En plus de la correction du devoir de l’élève, les éléments suivants devront figurer dans la partie de l’U.D (remise au président de jury) se rapportant à l’expression écrite :
    a) Le sujet de l’expression écrite.
    b) Les données de la correction ( énumération des points qui feront l’objet d’activités de remédiation : les points retenus porteront prioritairement sur les lacunes récurrents, en relation avec un (ou des objectif(s) de l’U.D.).
    c) Grille d’évaluation détaillée reflétant les niveaux individuels et collectifs de la classe du degré de réinvestissement des outils linguistiques et textuels étudiés tout le long de l’U.D.


    III/ TROISIEME EPREUVE : LEGISLATION SCOLAIRE ET PSYCHO-PEDAGOGIE :
    Objectif de cette épreuve : Tester le niveau de connaissance (théorique et pratique) du professeur dans ces deux domaines.
    Cette épreuve orale consiste en un entretien portant sur des questions de :
    a) LEGISLATION SCOLAIRE : Ces questions peuvent par exemple, porter sur :
    - La composition et le rôle des différents conseils fonctionnant au sein de l’établissement (conseil d’enseignement, conseil de classe, conseil d’orientation et de gestion.Etc.).
    - Le rôle du professeur responsable de matière.
    - Le rôle du professeur responsable de classe.
    - Le cahier de textes. Etc.
    b) PSYCHOLOGIE ET DIDACTIQUE : Les questions peuvent par exemple porter sur :
    - La psychologie de l'adolescence.
    - Programme et progression d’apprentissage.
    - La pédagogie du projet.
    - La séquence dans l’organisation des apprentissages.
    - La pédagogie d'Intégration.
    - L'approche par compétences.
    - La pédagogie par objectifs.
    - L’évaluation des apprentissages : types et fonctions. Etc.

    Documents:
    Prendre en charge sa classe.
    Construire son Unité Didactique.
    Construire sa répartition pédagogique
    Construire un projet pédagogique de classe
    La consigne, chemin qui mène aux apprentissages.
    Construire une épreuve de français...
    Lexique de didactique
    Intégrer les Technologies de l'Information et de la Communication dans son dispositif pédagogique
    Le Programme de français dans le cycle secondaire
    La grammaire sur la toile
    Apprendre la grammaire par la démarche active de découverte
    Les Nouveaux Programmes de la 1ère Année Moyenne
    Projet de réforme du système éducatif Algérien.
    L'interculturel en français langue étrangère.
    Réflexion sur la didactique des langues.
    Nouveau Programme de Français de 1°Année Secondaire.
    Document d'accompagnement
    Pédagogie du Projet

      La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 13:02