ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE

-31%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
90 € 130 €
Voir le deal

    Signes arbitraire ou signes motivés ?

    Administrateur
    Administrateur
    Admin

    Date d'inscription : 03/11/2009
    Localisation : Algérie

    Signes arbitraire ou signes motivés ? Empty Signes arbitraire ou signes motivés ?

    Message par Administrateur le Sam 14 Jan - 10:42



    Signes arbitraire ou signes motivés ?

    Signes arbitraire ou signes motivés ?

    La langue est-elle un système qui ne contient que des signes arbitraires ? Les icônes sont-elles tout à fait des signes motivés ?
    Pourtant, dans la langue, il y a des mots dont la prononciation suffit pour saisir leur signification. C’est le cas des onomatopées, ces mots qui imitent phonétiquement le son produit par être ou par une chose. Exemple : le mot « plouf ! » évoque le son d’une chute dans un liquide ou sur une surface molle. La sonorité de ce mot désigne, par effet de ressemblance, l’acte de cette chute. Cet effet de ressemblance lui confère de statut d’un signe motivé. Cependant, à la différence d’une icône dont la signification est en principe universelle, les onomatopées n’ont de sens qu’à l’intérieur du système social d’une langue donnée. En effet, même si le son d’une chute d’un corps dans un liquide est entendu en principe de la même façon par tous les hommes, les onomatopées employées pour les désigner sont différentes d’un système social d’une langue à un autre. Par exemple, en kabyle, on dit « bloum ! ».
    De même dans le cas des icônes, il faudrait connaître leur convention pour savoir les interpréter. Il y a donc une part d’arbitraire. C’est pourquoi, on parle de degré d’iconicité, d’arbitraire, etc.
    La poésie, par exemple, mobilise les deux notions de signes conventionnels et de signes motivés pour pouvoir exprimer ce qu’un texte en prose ne peut pas véhiculer. La musicalité, la rime, l’allitération, le rythme, la disposition des vers qui peuvent former une image qui illustre le poème (les calligrammes), etc. introduisent une dimension de motivation dans l’arbitraire des mots.
    Enfin, le signe linguistique est arbitraire, comme le soutien Saussure, dans son rapport au référent extralinguistique, c'est-à-dire l’objet empirique auquel se réfère ce signe. Tandis que le signe motivé, lui, il reproduit l’objet empirique.
    Karim Kherbouche

    Source: http://francais.enseignement.over-blog.com/article-signes-arbitraire-ou-signes-motives-95210085.html

      La date/heure actuelle est Mar 7 Avr - 13:13