ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE


    FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Partagez
    avatar
    Administrateur
    Admin

    Date d'inscription : 03/11/2009
    Localisation : Algérie

    FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par Administrateur le Ven 23 Sep - 14:10

    FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02
     

    Projet I : Dans le cadre de la commémoration d’une journée historique, réaliser une recherche documentaire puis faire une synthèse de l’information à mettre à la disposition des élèves dans la bibliothèque de l’établissement.

    I.C : Exposer des faits et manifester son esprit critique.
    Objet d’étude : Documents et textes d’Histoire.

    Séquence 2 : Introduire un témoignage dans un fait d’Histoire.

    Support 3 : Femmes algériennes dans les camps.

    Récit d'une ancienne détenue qui, dans un rapport adressé au F.L.N., a relaté les souffrances es et le courage des femmes algériennes dans les camps. Ce document nous a été transmis par Meradi Mehadji. (Note de l'auteur)

    Comme dans toutes les prisons du monde, nous passions par des états
    extrêmes. Nous avions aussi nos bons moments... Avec L., belle nomade,
    nous voyagions... Elle dansait et chantait et nous battions des mains. T. nous à apprit bon nombre de chansons patriotiques, et c'est la vieille H., boiteuse
    énigmatique, qui avant de nous endormir, nous racontait le plus de
    légendes, d’une voix grave, un peu pour nous bercer.
    Nous supportions la faim, le froid, les poux, les fameuses listes blanches... Mais notre grande terreur, c'était « Bouchkara » (l'homme à la cagoule). Lorsque l'une d'entre nous l'apercevait au loin descendant d'une jeep), elle rentrait, l'oeil dilaté, pour l'annoncer. Aussitôt, chacune saisissant châle, un linge, un haïk, s'en couvrait la tête et les épaules ne laissant entrevoir qu'une partie du visage.
    « L'homme à la cagoule » s'approchait, encadré de 2 paras ; le visage et le buste cachés par un sac troué à l'endroit des yeux. Souvent, il se traînait, soutenu par les paras, visiblement amené d'une séance de torture, mains liées derrière le dos. A sa vue, les hommes aussi se retiraient des fenêtres. La peur s'emparait de nous tous. Cet homme venait dénoncer un complice: il cachait son visage pour qu'on ne le reconnaisse pas. On le faisait entrer dans des chambrées où les détenues, debout, attendaient dans l'anxiété « passées en revue ». Impressionnées par sa cagoule, plusieurs d'entre nous s'évanouissaient. Notre état physique et cette peur quotidienne ne nous permettaient plus de supporter de tels spectacles. Nous savions qu'il arrivait à « l'homme au sac » de dénoncer n'importe qui pour gagner du temps ou pour abréger ses souffrances ; ou bien il indiquait une personne de sa connaissance par animosité ou jalousie. Nous avions ainsi toutes les raisons de le craindre.

    Un homme dénoncé redescendait avec lui en jeep. Parfois « Bouchkara » s'en retournait seul, n'ayant reconnu personne. Nous n'osions penser à ce
    qui l'attendait au retour.
    Discutant politique avec l'adjudant et le sergent nous apprîmes à connaître ces gens, ceux qui nous gardaient et ceux qui nous torturaient. Quelques orphelins, d'anciens enfants assistés, des aînés de familles nombreuses, beaucoup de casse-cou; en général des inadaptés, des têtes dures ou de petits hommes à complexes. Un après-midi, deux d'entre-deux se battirent au couteau, au milieu de la cour, tandis que, de nos fenêtres, nous regardions, la joie dans l'âme, nos bourreaux s'entretuer. J'appris au milieu de la cour, grâce à ces bavardages, certains détails sur le camp, entre autre que celui-ci n'était pas déclaré, que les cris entendus les premiers jours étaient ceux d'un malade que les paras amputaient. Que d'autres camps « noirs » existaient autour d'Alger, d'El Biar, Sidi- Fredj, la Redoute, etc.

    Dans Récits de Feu, présentés par M.KADDACHE, SNED, 1976





    Projet I : Dans le cadre de la commémoration d’une journée historique, réaliser une recherche documentaire puis faire une synthèse de l’information à mettre à la disposition des élèves dans la bibliothèque de l’établissement.

    I.C : Exposer des faits et manifester son esprit critique.
    Objet d’étude : Documents et textes d’Histoire.

    Séquence 2 : Introduire un témoignage dans un fait d’Histoire.

    Support 3 : Femmes algériennes dans les camps.

    Récit d'une ancienne détenue qui, dans un rapport adressé au F.L.N., a relaté les souffrances es et le courage des femmes algériennes dans les camps. Ce document nous a été transmis par Meradi Mehadji. (Note de l'auteur)

    Comme dans toutes les prisons du monde, nous passions par des états
    extrêmes. Nous avions aussi nos bons moments... Avec L., belle nomade,
    nous voyagions... Elle dansait et chantait et nous battions des mains. T. nous à apprit bon nombre de chansons patriotiques, et c'est la vieille H., boiteuse
    énigmatique, qui avant de nous endormir, nous racontait le plus de
    légendes, d’une voix grave, un peu pour nous bercer.
    Nous supportions la faim, le froid, les poux, les fameuses listes blanches... Mais notre grande terreur, c'était « Bouchkara » (l'homme à la cagoule). Lorsque l'une d'entre nous l'apercevait au loin descendant d'une jeep), elle rentrait, l'oeil dilaté, pour l'annoncer. Aussitôt, chacune saisissant châle, un linge, un haïk, s'en couvrait la tête et les épaules ne laissant entrevoir qu'une partie du visage.
    « L'homme à la cagoule » s'approchait, encadré de 2 paras ; le visage et le buste cachés par un sac troué à l'endroit des yeux. Souvent, il se traînait, soutenu par les paras, visiblement amené d'une séance de torture, mains liées derrière le dos. A sa vue, les hommes aussi se retiraient des fenêtres. La peur s'emparait de nous tous. Cet homme venait dénoncer un complice: il cachait son visage pour qu'on ne le reconnaisse pas. On le faisait entrer dans des chambrées où les détenues, debout, attendaient dans l'anxiété « passées en revue ». Impressionnées par sa cagoule, plusieurs d'entre nous s'évanouissaient. Notre état physique et cette peur quotidienne ne nous permettaient plus de supporter de tels spectacles. Nous savions qu'il arrivait à « l'homme au sac » de dénoncer n'importe qui pour gagner du temps ou pour abréger ses souffrances ; ou bien il indiquait une personne de sa connaissance par animosité ou jalousie. Nous avions ainsi toutes les raisons de le craindre.

    Un homme dénoncé redescendait avec lui en jeep. Parfois « Bouchkara » s'en retournait seul, n'ayant reconnu personne. Nous n'osions penser à ce
    qui l'attendait au retour.
    Discutant politique avec l'adjudant et le sergent nous apprîmes à connaître ces gens, ceux qui nous gardaient et ceux qui nous torturaient. Quelques orphelins, d'anciens enfants assistés, des aînés de familles nombreuses, beaucoup de casse-cou; en général des inadaptés, des têtes dures ou de petits hommes à complexes. Un après-midi, deux d'entre-deux se battirent au couteau, au milieu de la cour, tandis que, de nos fenêtres, nous regardions, la joie dans l'âme, nos bourreaux s'entretuer. J'appris au milieu de la cour, grâce à ces bavardages, certains détails sur le camp, entre autre que celui-ci n'était pas déclaré, que les cris entendus les premiers jours étaient ceux d'un malade que les paras amputaient. Que d'autres camps « noirs » existaient autour d'Alger, d'El Biar, Sidi- Fredj, la Redoute, etc.

    Dans Récits de Feu, présentés par M.KADDACHE, SNED, 1976


    Dernière édition par Administrateur le Lun 21 Oct - 19:35, édité 1 fois
    avatar
    aouiti2010

    Date d'inscription : 07/12/2010
    Age : 33
    Localisation : Algérie

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par aouiti2010 le Mer 2 Nov - 11:53

    Ou est la fiche
    avatar
    achwak

    Date d'inscription : 05/01/2010
    Age : 25
    Localisation : béjaia

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par achwak le Jeu 3 Nov - 8:16

    Questions:
    1- Qui parle dans ce texte? Le texte renferme t-il des indices qui renvoient à l'énonciateur?

    2- Quel sentiment l'apparition de *l'homme à la cagoule* provoque t-elle chez les prisonnières?

    3-Dans quelles conditions les prisonnières vivaient-elles?
    Citez deux termes qui l'indiquent.
    4- que d'autre camps "noirs" existaient autour d'Alger...
    - Comment expliquez-vous l'utilisation du mot " noirs" dans ce contexte?

    5-" discutant politique....torturaient."
    -Réécrivez le passage ci-dessus en mettant les verbes au présent de narration.

    6- Reliez les deux premières phrases du texte par l'articulateur logique qui convient.
    -Quel est le rapport logique exprimé?
    avatar
    fantaisie

    Date d'inscription : 09/10/2012

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par fantaisie le Mer 2 Jan - 13:29

    Quelles sont les caractéristiques du texte, s'il vous plait

    karouche sousou

    Date d'inscription : 20/10/2013
    Localisation : Sétif

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par karouche sousou le Dim 20 Oct - 16:26

    je veux des supports audio-visuels sur le projet 1 séquence 3 DE 3AS

    kamel 25

    Date d'inscription : 13/05/2012

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par kamel 25 le Ven 8 Nov - 4:15

    3Femmes Algériennes dans les camps"

    J'appris au milieu de la cour, grâce à ces bavardages, certains détails sur le camp, entre autre que celui-ci n'était pas déclaré, que les cris entendus les premiers jours étaient ceux d'un malade que les paras amputaient. Que d'autres camps « noirs » existaient autour d'Alger, d'El Biar, Sidi- Fredj, la Redoute, etc.........................................................................
    1)QUI PARLE DANS CE TEXTE? LE TEXTE RENFERME-T-IL DES INDICES QUI RENVOIENT A L’ÉNONCIATEUR?

    2) EST-IL OBJECTIF OU SUBJECTIF? JUSTIFIEZ?

    3)QUE REMPLACE LA 1ERE PERS.AU DEBUT DE CETTE PHRASE? Justifiez?

    Boudjerou Nadia

    Date d'inscription : 04/11/2014
    Localisation : Skikda

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par Boudjerou Nadia le Mar 4 Nov - 11:01

    Sujet à proposer aux élèves de troisième année
    Texte
    (Dans ce passage, l’auteur parle de l’homme de demain : sa place dans la société, ses aspirations, sa personnalité...)
    Il sera une sorte de robot pensant, soumis à l’action des moyens de communication, à la télévision, à la publicité. Son caractère sera façonné non dans le foyer de ses parents mais dans le milieu social, celui des gens de même âge, de même profession. Modelé dans le savoir par une collectivité apparemment débonnaire*, il sera autant que possible semblable à ses voisins, efficace et sociable comme il se doit, et n’aura guère d’autres vocation que de se perdre dans la foule.
    Son idéal sera d’être intégré dans le monde moderne, d’y acquérir le confort et d’étendre ses relations. Même dans ses loisirs, il renoncera à sa personnalité et « suivra le mouvement », bref, la formule de l’homme heureux de demain, se sera le conformisme ?
    L’individu, en effet, n’est plus transcendé* par le groupe, il n’est plus soutenu par le mécanisme des traditions (...), mais en même temps il n’a plus vraiment son libre arbitre ni surtout son originalité. Il n’est ni un élément d’une totalité organisée, ni un centre de décision personnelle, mais le reflet indéfiniment répété d’un être social anonyme.
    (...) Quelle place est faite dans chaque type de civilisation à ceux qui ne veulent pas s’y conformer, à ceux qui vont à contre courant ? Sont-ils soutenus dans leur quête d’indépendance, ou bien exclus et la horde* ? C’est le problème de la tolérance ou de la rigidité des cultures.
    Jean Cazeneuve
    BONHEUR ET CIVILISATION 1966.
    Lexique :
    1- Débonnaire : contexte, une société bienveillante, qui n’est pas rigide
    2- Transcendé : qui n’est pas guidé, assisté par le groupe
    3- Horde : dans le texte, le groupe social.
    Questions
    I/ Selon l’auteur, quels seraient les effets de la modernité sur l’homme de demain ?
    Justifiez votre réponse.
    2/ L’auteur, développe-t-il une thèse favorable ou défavorable à la modernité ? Justifiez votre réponse en se référant au texte.
    3/ L’homme de demain sera-t-il libre ? Relevez deux expressions qui soutiennent votre réponse.
    4/ Complétez le tableau suivant à l’aide des éléments suivants.
    Une sorte de robot – intégré dans le monde moderne – modelé - acquérir le confort – exclus de la horde - efficace.
    Bienfaits de la modernité Inconvénients de la modernité




    5- Relevez du texte quatre termes ou expressions en relation avec « société »
    6- « L’homme n’a plus vraiment son libre arbitre. »
    Cette phrase signifie :
    • L’homme est désormais contraint.
    • L’homme n’est pas soumis.
    7- Trouvez dans le texte le synonyme de « modelé » (1er §)
    8- « Quelle place est faite dans chaque type de civilisation à ceux qui ne veulent pas s’y conformer...
    - A quel élément du même paragraphe renvoie le pronom souligné.
    9- Proposez un titre au texte et justifiez votre choix.
    Expression écrite :
    Essai :
    Ceux qui refusent la modernité, « sont-ils soutenus dans leur quête d’indépendance, ou bien exclus de la horde ? » Autrement dit, serait-il facile de s’opposer à la modernité ?
    Répondez en vous référant à votre culture générale et à votre quotidien.

    Contenu sponsorisé

    Re: FICHES 3AS PROJET 1 SEQUENCE 02

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 10:16