ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE


    Dossier : Albert Camus

    Administrateur
    Administrateur
    Admin

    Date d'inscription : 03/11/2009
    Localisation : Algérie

    Dossier : Albert Camus Empty Dossier : Albert Camus

    Message par Administrateur le Jeu 11 Mar - 5:05

    Dossier : Albert Camus (Jeudi 11 Mars 2010)

    La confrontation entre les pour et les contre est loin de son épilogue
    Albert Camus, une caravane et une polémique
    Par : Sara Kharfi
    Lu : (582 fois)

    Retour sur une polémique déclenchée par une pétition qui vise à interdire la caravane Albert Camus en Algérie, une caravane qui a bien commencé depuis le Centre culturel algérien de Paris. Pourquoi alors une levée de boucliers sur un événement de culture et d’histoire qui aurait pu apporter quelque chose au débat algéro-français sur la mémoire, surtout en cette période de tension ? Et si l’on doit classer cette affaire dans le débat franco-français, il serait alors indécent d’y participer, à moins qu’à travers les deux initiatives, en l’occurrence la caravane et la pétition, les acteurs veulent régler des comptes politiques et, peut-être, même créer une diversion.

    Un demi-siècle après sa disparition dans un accident de la route, Albert Camus déchaîne toujours les passions sur les deux rives de la Méditerranée. En France, la proposition de panthéonisation de l’homme révolté a créé une grande polémique. Certains ont perçu ce geste comme une tentative de récupération politique d’un écrivain tourmenté dans son œuvre et par la vie et qui demeure, jusqu’à l’heure actuelle, incompris. Malgré cette controverse, la France officielle a choisi de dédier un grand nombre de manifestations culturelles à l’auteur de la Peste. Parmi ces activités, une caravane Albert Camus, lancée du Centre culturel algérien de Paris, qui devait faire escale dans sept villes algériennes. Mais voilà qu’une pétition, rédigée et signée par un groupe d’intellectuels, vient jouer les trouble-fêtes.
    Intitulée “Alerte aux consciences anticolonialistes”, cette pétition a été rédigée par le sociologue Mustapha Madi, l’éditrice Samia Zennadi, le journaliste Mohamed Bouhamidi et l’auteur Omar Mokhtar Chaâlal. Les auteurs entament leur propos par Francis Jeanson, “le dernier de nos martyrs”, à qui l’Algérie refuse de rendre hommage. Argument impertinent puisque, lors du dernier Sila, un hommage lui a été rendu et un livre, publié par les éditions Casbah, a été consacré à l’une des pièces maîtresses de la revue les Temps modernes, où il avait signé en 1952, une critique acide de l’Homme révolté, de Camus, qu’il avait intitulé Albert Camus ou l’âme révoltée. Aussi, les “polémistes” voient-ils dans cette initiative de caravane une campagne du “lobby néocolonialiste”, nostalgique de “l’Algérie française”. Ils estiment que cette caravane est une réhabilitation du discours colonial, tout en affirmant que l’acte d’écrire est un acte politique, notamment chez Camus. Les auteurs de la pétition considèrent que Camus a fait l’apologie de la société coloniale, niant par la même l’existence des Algériens. Ils s’appuient pour étayer ce postulat sur la thèse d’Edward Saïd et écrivent : “Sur le plan esthétique, Camus était un écrivain colonial. Edward Saïd en a dressé le portrait dévoilé la fonction idéologique : "Camus joue un rôle particulièrement important dans les sinistres sursauts colonialistes qui accompagnent l’enfantement douloureux de la décolonisation française du XXe siècle. C’est une figure impérialiste très tardive : non seulement il a survécu à l’apogée de l’empire, mais il survit comme auteur "universaliste", qui plonge ses racines dans un colonialisme à présent oublié."” Cependant, cette thèse a été largement contestée dans l’ouvrage édifiant, Albert Camus et le choc des cultures, des universitaires Aïcha Kassoul et Mohamed Lakhdar Maougal, qui notent que “l’étude d’Edward Saïd, consacrée à Camus et à sa littérature, sommairement et partiellement, s’appuie sur une discipline, la géographie coloniale qui insiste particulièrement sur la question de la terre algérienne et sur son appropriation avec la spoliation et l’exploitation des Algériens bien entendu. (…) E. Saïd procède par des survols sélectifs de la temporalité explicative des œuvres et de leurs portées”.

    Pourquoi la loi du 23 février ?
    Virulents et alertes, les auteurs de la pétition observent, plus loin, que la venue de la caravane s’inscrit dans la continuité, par rapport à la loi du 23 février 2005, sur les bienfaits de la colonisation. Un argument absurde pour un esprit sain et en bonne santé. Que vient faire cette loi abjecte dans le passage d’une caravane ? Après avoir chargé l’auteur de l’Exil et le Royaume, les auteurs de cette pétition n’hésitent pas à catégoriser les “bons” et les “mauvais” auteurs sur la colonisation. Ils semblent nous dire, il y a les bons auteurs comme Jeanson (qui n’est pourtant pas un littérateur), il y a aussi Jean Sénac, Jules Roy et Emmanuel Roblès, et puis il y a les autres.
    Ceux qui ont trahi et qui méritent qu’on s’acharne sur eux, quitte à interdire une action culturelle. Effrontés, les auteurs de la pétition s’adressent aux institutions officielles du pays et interrogent : “L’Algérie officielle se rend-elle compte qu’en accueillant avec cette chaleur le chantre de l’Algérie française, elle ridiculise par avance son projet de loi criminalisant le colonialisme, la vide de son sens et devient nul ?”

    Nuancer pour mieux comprendre !
    Tout cela pour une caravane, un évènement culturel. Faut-il donc avoir honte de lire Albert Camus ? Pourquoi ne doit-on pas célébrer cet auteur majeur de la littérature universelle ? Est-ce que Camus, considéré jusqu’à aujourd’hui comme un “écrivain exotique”, est un mauvais écrivain ? Et que dire alors des prises de positions controversées d’Alexandre Arcady, qui est pourtant venu en Algérie en 2009 pour faire des repérages de son adaptation cinématographique du roman, Ce que le jour doit à la nuit, de Yasmina Khadra ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de pétition sur la venue de ce réalisateur nostalgique de l’Algérie française ? Devrait-on boycotter encore une fois l’œuvre de Louis Ferdinand Céline pour son antisémitisme ? Et que dire de Heidegger qui avait une fascination pour le nazisme ? On pourrait noircir des pages et des pages sur la controverse de ces auteurs, il n’en demeure pas moins que l’interdiction d’une action culturelle reflète un manque de maturité et une manière expéditive de refuser tout débat contraire à l’unanimisme ambiant. Un intellectuel n’est-il pas amené à débattre, échanger et parfois à dénoncer ? N’aurait-il pas été plus constructif de saisir l’opportunité de la caravane pour lancer le débat sur l’œuvre, mal lue, d’Albert Camus ? Chaque civilisation a certes ses classiques, mais Camus est un patrimoine universel. Pas tout à fait français et rejeté du côté algérien avec la même violence dont il avait rejeté les Algériens dans son œuvre, le Nobel 1957, est instrumentalisé car “on” l’extrait du roman pour le placer dans une posture de politicien et de militant. Mais la nuance s’impose en raison de l’ambivalence de son discours et de sa disparition prématurée. José Lenzini, auteur de les Derniers jours de la vie d’Albert Camus, pense (dans une interview à Algérie News) que l’occultation du personnage de l’arabe dans l’œuvre camusienne est la meilleure manière de traiter du système colonial et de ses injustices. Guy Dugas, professeur de littérature générale et comparée et directeur de l’Institut de recherche intersite d’études culturelles, estime qu’ “en Algérie on ne connaît guère de lui que l'Étranger et la Peste, soit l'arbre qui cache une grande forêt très méconnue”.
    On pourrait épiloguer des heures entières sur la nécessité de cette pétition et sa pertinence, on pourrait également sortir le sempiternel argument de l’universalité de l’œuvre camusienne, le fait est que Camus ne peut être considéré comme un écrivain, tout simplement, puisqu’il a été acteur et témoin, dans une période charnière de l’histoire des deux pays. La tragédie dans toute cette affaire est que chacun des deux camps veut accaparer la mémoire d’un homme disparu trop tôt, et trop jeune, pour répondre de ses actes aujourd’hui.
    L’histoire n’oubliera pas qu’il a été abandonné dans le passé par ce même lobby néocolonialiste, et l’histoire retiendra qu’on veut interdire une caravane en Algérie dont on ne connaît pas encore les détails du programme visiblement validé par le Centre culturel algérien de Paris. Et “l’histoire est rancunière”, comme l’a dit si bien le regretté Mimouni.http://www.liberte-algerie.com/rub.php?idrub=430&rubrique=Dossier%20:%20Albert%20Camus
    sellami kamel
    sellami kamel

    Date d'inscription : 25/10/2011
    Age : 53
    Localisation : Barika(Batna)

    Dossier : Albert Camus Empty Re: Dossier : Albert Camus

    Message par sellami kamel le Jeu 21 Fév - 14:29

    la question que je me pose ,vraiment ,l'a-t-il dit,clairement? Etait-il contre les occupants français?Si oui ,quelle est la preuve ,nous voulons ses déclarations ,sans détours ,si non ,pourquoi continons nous à dire qu'il a soutenu le droit des algériens ,à vivre libres et indépendants....
    sellami kamel
    sellami kamel

    Date d'inscription : 25/10/2011
    Age : 53
    Localisation : Barika(Batna)

    Dossier : Albert Camus Empty Re: Dossier : Albert Camus

    Message par sellami kamel le Jeu 21 Fév - 14:33

    voilà ce que j'ai trouvé comme engagement ,ça ne me fait pas penser qu'il etait engagé à outrance ....????
    3. Albert Camus était pour l'Algérie française
    Alors que le prix Nobel de littérature est aujourd'hui réhabilité par ses pairs, Albert Camus est toujours sujet à controverse lorsque l'on évoque son regard sur la guerre d'Algérie. Dans un climat de passions exacerbées, sa réserve et sa discrétion sur la politique française en Algérie, alors qu'il est un intellectuel et un Français d'Algérie, seront largement critiquées. Et avec cela le reproche incessant fait à Albert Camus sur l'absence des Arabes dans ses romans.

    Face à lui, une armada d'intellectuels, plutôt orientés à gauche, se feront les défenseurs d'une Algérie indépendante dénonçant notamment dans le manifeste des 121 (Jean-Paul Sartre, Edgar Morin, Claude Lanzman, Simone de Beauvoir, Pierre Vidal Naquet…) le système colonial et l'oppression des Algériens. Albert Camus, lui, ne prendra presque pas position. Il le fera une fois, quand répondant à un étudiant algérien en 1957 sur son manque d'engagement aux côtés du FLN, il répond : "Je partage votre malheur […] J'ai toujours condamné la terreur, je dois condamner aussi un terrorisme qui frappe aveuglément, dans les rues d'Alger par exemple, et qui un jour peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice". Une phrase qui va déclencher une salve de critiques hostiles, si bien que le romancier ne se prononcera plus publiquement sur le sujet.

    Même s'il n'a pas rallié l'idée d'une nation algérienne et a dénoncé les moyens violents du FLN dans sa lutte pour l'indépendance, il s'est pourtant insurgé contre le fait colonial. Ses écrits journalistiques sont clairs et sans concessions. Dès 1939, alors que peu se souciaient du sort de la population colonisée, Albert Camus décrit dans une série d'articles de l' "Alger Républicain" intitulé "Misère de la Kabylie", la pauvreté économique de cette population principalement des montagnes et dénonce "le mépris général où le colon tient le malheureux peuple de ce pays". Non seulement il dénonce l'exploitation coloniale, mais il propose des solutions.

    Plus tard, ce sont les événements de Sétif en 1945 et la torture de l'armée française que le journaliste de "Combat" condamne. Du "Manifeste des intellectuels algériens en faveur du projet Violette", en 1937, qui prévoit une démocratisation de l'Algérie fondée sur l'idée d'assimilation, à l'appel à la trêve civile en 1956 pour un "vivre ensemble" qu'il publie dans l' "Express", Camus s'est ensuite accroché à une solution difficile à tenir à mesure que la révolte grondait et que la guerre s'engageait. Albert Camus est mort en 1960. Deux ans plus tard, l'Algérie déclarait son indépendance.
    Source:le nouvel observateur

    Contenu sponsorisé

    Dossier : Albert Camus Empty Re: Dossier : Albert Camus

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 23 Aoû - 13:15