ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE


    Partager avec vous ce joli poème

    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty Partager avec vous ce joli poème

    Message par belkis le Mer 24 Fév - 20:58

    Il meurt lentement
    celui qui ne voyage pas,
    celui qui ne lit pas,
    celui qui n’écoute pas de musique,
    celui qui ne sait pas trouver
    grâce à ses yeux.

    Il meurt lentement
    celui qui détruit son amour-propre,
    celui qui ne se laisse jamais aider.

    Il meurt lentement
    celui qui devient esclave de l'habitude
    refaisant tous les jours les mêmes chemins,
    celui qui ne change jamais de repère,
    Ne se risque jamais à changer la couleur
    de ses vêtements
    Ou qui ne parle jamais à un inconnu

    Il meurt lentement
    celui qui évite la passion
    et son tourbillon d'émotions
    celles qui redonnent la lumière dans les yeux
    et réparent les coeurs blessés

    Il meurt lentement
    celui qui ne change pas de cap
    lorsqu'il est malheureux
    au travail ou en amour,
    celui qui ne prend pas de risques
    pour réaliser ses rêves,
    celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
    n'a fui les conseils sensés.

    Vis maintenant !

    Risque-toi aujourd'hui !

    Agis tout de suite!

    Ne te laisse pas mourir lentement !

    Ne te prive pas d'être heureux !
    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par belkis le Mer 24 Fév - 21:01

    du grand Pablo Neruda, une sensation très forte à chaque fois que je lis ce poème
    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par belkis le Mer 24 Fév - 21:11

    Biographie


    D'origine modeste, Pablo Neruda, de son vrai nom Ricardo Neftali Reyes Basoalto, est né le 12 juillet 1904 à Parral, au Chili. Son enfance, très proche de la nature, a pour cadre Temuco, petite ville de l'Araucanie. Dès l'adolescence, et pendant ses études dans la capitale Santiago, il écrit avec avidité. Depuis 1923, date de Crépusculaire (Crepusculario), les oeuvres se succèdent au long d'une vie marquée par les voyages, l'errance, l'exil: «Ainsi toute ma vie, je suis allé, venu, changeant de vêtements et de planète.»


    À partir de 1927, Pablo Neruda occupe plusieurs postes consulaires: Rangoon, Colombo, Batavia, Buenos Aires.


    En 1935, il est à à Madrid, la veille de la guerre civil.


    En 1940, après un séjour au Chili, Neruda est nommé, consul général au Mexique. La peinture des grands muralistes, Orozco, Rivera, Siqueiros, n'est pas sans influence sur Le Chant général (Canto general) qu'il compose alors.


    En 1945, le poète est élu sénateur des provinces minières du nord du Chili; la même année, il adhère au Parti communiste mais les persécutions du président de la République, Gabriel González Videla, l'obligent à fuir son pays. À nouveau, les voyages se multiplient aux quatre coins du monde.


    En 1950, Neruda obtient le prix Staline de la paix.


    En 1970, il est nommé ambassadeur du Chili, sous le gouvernement socialiste du président Allende


    Le 21 octobre 1971, il reçoit la consécration du prix Nobel de littérature. Dans le discours qu'il prononce à Stockholm, le poète évoque avec tendresse les frères inconnus qui l'aidèrent à franchir les Andes alors que sa tête était mise à prix dans son propre pays (1949). Réaffirmant « qu'il n'y a pas de solitude inexpugnable et que le poète n'est pas «un petit dieu», Neruda se rallie à la prophétie de Rimbaud: «À l'aurore, armés d'une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes», en laquelle il voit la proclamation d'un avenir certain.


    En 1972, il prononce devant le Pen Club International un discours dénonçant le blocus américain contre le Chili. Géographie infructueuse (Geografía infructuosa, 1972) paraît en mai à Buenos Aires: pressentant sa proche agonie, le poète s'interroge sur sa vie et sur son oeuvre poétique. Renonçant à son poste, il quitte la France le 20 novembre 1972 et rentre au Chili avec Mathilde Urrutia. Son peuple l'accueille triomphalement à Santiago. Ses oeuvres, au fil des ans, n'ont pas cessé de voir le jour, tout imprégnées des péripéties d'une vie tumultueuse et généreuse: «Je déclare ici que personne n'est passé près de moi qui ne m'ait partagé. J'ai brassé jusqu'au coude et rebrassé dans une adversité qui n'était pas faite pour moi dans le malheur des autres.»


    En 1973, Neruda participe à la campagne pour les élections de mars en écrivant Incitation au nixonicide et éloge de la révolution chilienne (Incitación al nixonicidio y alabanza de la revolución chilena, 1973); tout en chantant l'Océan et Quevedo, il fustige dans de courts pamphlets les «politicards» et les «larrons». Le 11 septembre, un putsch militaire renverse le gouvernement de l'Unité populaire. Allende est assassiné à la Moneda.


    Le 24 septembre 1973, Pablo Neruda meurt à Santiago. Ses obsèques se déroulent en présence de l'armée: des chants jaillissent de la foule, témoignant, par-delà la mort, du pouvoir subversif de la poésie.
    fleurette
    fleurette

    Date d'inscription : 07/01/2010
    Localisation : alger

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par fleurette le Mer 24 Fév - 21:36

    Le temps s'échappe à tire-d'aile? Sois sans peur.
    Et l'heureux sort n'est pas éternel?
    Sois sans peur.
    Profite de l'instant que te vaut la Fortune.
    Sans regret, sans regard vers le ciel, sois sans peur.




    Aujourd'hui sur demain tu ne peux avoir prise.
    Penser au lendemain, c'est être d'humeur grise.
    Ne perds pas cet instant, si ton coeur n'est pas noir
    car nul ne sait comment nos demains se déguisent.
    Omar Khayyâm
    fleurette
    fleurette

    Date d'inscription : 07/01/2010
    Localisation : alger

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par fleurette le Mer 24 Fév - 21:38

    Cette roue sur laquelle nous tournons
    est pareille à une lanterne magique.
    Le soleil est la lampe;
    Le monde l'écran ;
    nous sommes les images qui passent.



    Entre la foi et l'incrédulité, un soufle ;
    Entre la certitude et le doute, un souffle.
    Sois joyeux dans ce souffle présent où tu vis,
    car la vie elle-même est dans le souffle qui passe. Omar Khayyâm
    fleurette
    fleurette

    Date d'inscription : 07/01/2010
    Localisation : alger

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par fleurette le Mer 24 Fév - 21:43

    Biographie


    La vie de Khayyam est entourée de mystère, et peu de sources sont disponibles pour nous permettre de la retracer avec précision. Les chercheurs pensent généralement qu'Omar Khayyam est né dans une famille d'artisans de Nichapur (son père était probablement fabricant de tentes). Il a passé son enfance dans la ville de Balhi, où il étudie sous la direction du cheik Mohammad Mansuri, un des chercheurs les plus célèbres de son temps. Dans sa jeunesse, Omar Khayyām étudie aussi sous la direction de l'imam Mowaffak de Nishapur, considéré comme le meilleur professeur du Khorasan.
    La légende dit qu'Abou-Ali Hassan (Nizam al-Mulk) et Hassan Sabbah étudiaient alors également sous la direction de ce maître et qu'un pacte légendaire aurait été conclu entre les trois étudiants : « Celui d'entre nous qui atteindra la gloire ou la fortune devra partager à égalité avec les deux autres ». Cette alliance reste improbable lorsqu'on sait que Nizam al-Mulk était de 30 ans l'ainé d'Omar et que Hassan Sabbah devait avoir au moins 10 ans de plus que Khayyam.
    Nizam al-Mulk devient cependant grand vizir de Perse et les deux autres se rendent à sa cour. Hassan Sabbah, ambitieux, demande une place au gouvernement ; il l'obtient immédiatement et s'en servira plus tard pour essayer de prendre le pouvoir à son bienfaiteur. Il devient après son échec chef des Hashishins. Khayyam, moins porté vers le pouvoir politique, ne demande pas de poste officiel, mais un endroit pour vivre, étudier la science et prier. Il reçoit alors une pension de 1 200 mithkals d'or de la part du trésor royal ; cette pension lui sera versée jusqu'à la mort de Nizam al-Mulk (tué par un assassin).
    fleurette
    fleurette

    Date d'inscription : 07/01/2010
    Localisation : alger

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par fleurette le Jeu 25 Fév - 10:37

    L'amitié



    L’amitié me fait penser à la tendre enfance
    Synonyme de sagesse et de pure innocence.
    L’amitié est toujours une aventure aux beaux souvenirs
    Qui rafraîchissent nos coeurs et ne risquent de finir.
    Dans notre vie, des évènements entrent et sortent.
    Seuls l’amitié et l’amour restent et persistent.
    En amitié, c’est toujours le premier pas qui compte.
    Ne jamais s'en méfier car c’est sûrement un bon escompte.
    Avec l’amitié, on peut aider l’autre sans rien lui offrir,
    C’est une tâche paisible sans qu’on risque d’en souffrir.
    L’amitié a le bienfait de soulager des âmes,
    De combattre la souffrance et d'essuyer des larmes.
    L’amitié germe et grandit dans les cœurs tendres,
    Ne vieillit pas et n’est jamais cendres.
    Les mots d’un bon ami peuvent consoler
    Quand l’âme est perdue et déboussolée.
    Pour un vrai ami, tu n’es plus une simple adresse,
    Tu es la passion, l’espoir et la belle tendresse.
    Même si l’amitié n’est parfois qu’un simple mirage,
    C’est une vraie passion que beaucoup se partagent.
    Alors, tendons nos bras et essayons de prouver
    Que l’amitié nous aide à s'évader et à mieux se retrouver.
    Auteur :
    BERRAHA EL HOUSSINE
    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty L'amitié

    Message par belkis le Jeu 25 Fév - 11:05

    Merci flerette pour ce poème, j'apprécie beaucoup ces deux vers;
    Pour un vrai ami, tu n’es plus une simple adresse,
    Tu es la passion, l’espoir et la belle tendresse
    merci encore une fois
    kantara
    kantara

    Date d'inscription : 04/02/2010
    Localisation : Constantine

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par kantara le Sam 27 Fév - 16:05

    Que du bonheur !!I love you I love you ..Merci Fleurette d'avoir posté du ...Omar I love you I love you
    je partage avec vous ce passage que j'adoooooooore:

    Goutte d’eau qui tombe et se perd dans la mer, Grain de poussière qui se fond dans la terre. Que signifie notre passage en ce monde ? Un vil insecte a paru, puis disparu.
    Omar Khayyam
    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par belkis le Mar 2 Mar - 18:41

    Partager

    Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)

    La tristesse

    L'âme triste est pareille
    Au doux ciel de la nuit,
    Quand l'astre qui sommeille
    De la voûte vermeille
    A fait tomber le bruit ;

    Plus pure et plus sonore,
    On y voit sur ses pas
    Mille étoiles éclore,
    Qu'à l'éclatante aurore
    On n'y soupçonnait pas !

    Des îles de lumière
    Plus brillante qu'ici,
    Et des mondes derrière,
    Et des flots de poussière
    Qui sont mondes aussi !

    On entend dans l'espace
    Les choeurs mystérieux
    Ou du ciel qui rend grâce,
    Ou de l'ange qui passe,
    Ou de l'homme pieux !

    Et pures étincelles
    De nos âmes de feu,
    Les prières mortelles
    Sur leurs brûlantes ailes
    Nous soulèvent un peu !

    Tristesse qui m'inonde,
    Coule donc de mes yeux,
    Coule comme cette onde
    Où la terre féconde
    Voit un présent des cieux !

    Et n'accuse point l'heure
    Qui te ramène à Dieu !
    Soit qu'il naisse ou qu'il meure,
    Il faut que l'homme pleure
    Ou l'exil, ou l'adieu !
    chany
    chany

    Date d'inscription : 24/02/2010
    Localisation : Algérie

    Partager avec vous ce joli poème Empty Joli poème facile à exploiter.

    Message par chany le Jeu 11 Mar - 22:04

    L'écolière

    Bon Dieu ! Que
    de choses à faire !
    Enlève tes souliers crottés,
    Pends donc ton écharpe au vestiaire,
    Lave tes mains pour le goûter,

    Revois tes règles de grammaire.
    Ton problème, est-il résolu ?
    Et la carte de l'Angleterre,
    Dis, quand la, dessineras-tu ?

    Aurai-je le temps de bercer
    Un tout petit peu ma poupée,
    De rêver, assise par terre,
    Devant mes châteaux de nuées ?
    Bon Dieu ! Que de choses à faire !

    Maurice Carême.
    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par belkis le Ven 12 Mar - 8:19

    Bonjour Chany!
    Que c'est beau et mélancolique! Vous nous avez fait voyager à travers le temps, des rêves de petites filles , nous en avions toutes.Tant d'années ont passé mais en chacunes de nous est resté enfouis un rêve de petite fille.Merci chany
    chany
    chany

    Date d'inscription : 24/02/2010
    Localisation : Algérie

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par chany le Ven 12 Mar - 21:11

    Bonsoir Belkis.
    Puisque vous aimez ces poèmes qui nous rappellent notre enfance; partageons encore celui-ci.

    J’aime ma mère.


    J’aime ma sœur
    Pour ses yeux clairs,
    J’aime mon frère
    Pour sa candeur,
    J’aime mon père
    Pour sa douceur
    Et je ne dois
    Sûrement pas
    Dire pourquoi
    J’aime ma mère.
    Je me demande
    Même parfois
    Si je ne l’aime
    Pas plus que moi.
    N’est-elle pas
    La vraie lumière
    Qui nous éclaire,
    Ma sœur, mon frère,
    Mon père et moi?

    Maurice Carême.
    dauphinelle
    dauphinelle

    Date d'inscription : 13/03/2010
    Age : 27

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par dauphinelle le Sam 13 Mar - 20:32

    salam Partager avec vous ce joli poème Icon_smile
    croyez moi
    vous êtes des gens cultivés je vous félicites Partager avec vous ce joli poème Icon_cheers
    bon courage à vous
    salam
    Partager avec vous ce joli poème Icon_flower
    avatar
    belkis

    Date d'inscription : 05/01/2010

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par belkis le Dim 14 Mar - 6:53

    Bonjour chany,l'étoile qui brille
    Merci d'avoir posté ce joli poème,nul ne niera que l'amour qu' on ressent pour sa mere est le plus merveilleux et le plus beau des amours
    Amours de nos mères, à nul autre pareil. [Albert Cohen]

    Contenu sponsorisé

    Partager avec vous ce joli poème Empty Re: Partager avec vous ce joli poème

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 7 Déc - 4:27