ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

BIENVENUES
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ETRANGERES EN ALGERIE

APPRENTISSAGE: FRANCAIS ET ANGLAIS AUX TROIS CYCLES: PRIMAIRE-MOYEN-SECONDAIRE

Le Deal du moment :
Sélection d’ebooks gratuits en ...
Voir le deal

    SUJET: Questions sur le narrateur

    avatar
    Mackhlouf

    Date d'inscription : 22/05/2011

    SUJET: Questions sur le narrateur Empty SUJET: Questions sur le narrateur

    Message par Mackhlouf le Dim 22 Mai - 9:50

    [color:a28f=red]La position du narrateur

    C'est concernant le récit chez tante Hasna extrait de la nouvelle "un beau mariage" de Med DIB .Ce récit est écrit à la 3eme personne mais il est traversé par des commentaires où il y a emloi du possessif "notre" dans le premier paragraphe de ce récit Ma question porte sur la valeur de ce mot , renvoie t-il au narrateur? à un personnage?ou à l'auteur? Et voici le texte:
    Chez tante Hasna

    Les grandes commémorations, les mariages, les circonstances, toutes les circonstances capitales, exigent la présence des enfants, ou rien n’a plus d’importance dans notre ville, on ne peut imaginer que quelque chose se passe et qu’ils n’y participent pas au premier chef.
    A l’entrée du quartier, un détachement de gosses, filles et garçons, bouchait la ruelle .C’étaient eux, aussi, qui donnaient à la maison de tante Hasna son air d’allégresse. Quelques gamins arboraient des habits de fête ;ceux-là étaient aussi insolites que les arbres reverdis en hiver. Les autres ressemblaient à Omar et portaient des nippes indéfinissables.
    Ils se poursuivaient follement, glapissaient à tue-tête. Les plus petits pleuraient.
    C’était bien l’événement extraordinaire qu’on attendait, qu’on espérait. Il régnait une euphorie grisante, une atmosphère de liesse.
    Cependant les invités entraient et se rassemblaient déjà à l’intérieur de la maison. L’annonce d’un mariage attire toujours une femme. Cela se passe presque toujours de la même manière. L’une d’elle est-elle invitée quelque part à une noce ? Elle prie son mari de lui permettre de s’y rendre. Aussitôt le chef de famille se retranche dans un mutisme sourcilleux .Enfin, il cède .Plus contente que jamais, la femme revêt alors ses plus beaux atours.
    Il arrive aussi, est cela est fréquent, qu’il se présente plus de personnes que les invitations n’en prévoient.
    Les premières venues emplissaient une pièce où affluaient sans cesse de nouvelles invitées qui, à leur tour, s’alignaient contre les murs. Toutes dévoraient des yeux la mariée assise sur une chaise dans une pose hiératique. Le visage entièrement caché par un voile broché d’or, celle-ci ne bronchait pas .Il ne serait pas admis qu’elle parlât ! Mais il pouvait se faire qu’elle bougeât. En ce cas, elle devait sans tarder et sans trop se faire remarquer recouvrer son impassibilité.


    Question très intéressante collègue zhor,en effet la confusion peut s'installer pour ces trois termes de "personnage,narrateur,auteur".Dans cet exemple précis que vous nous donnez le possessif "notre" renvoie au narrateur qui est aussi personnage fictif du récit ;quant à l'auteur ,il est connu ,c'es M.DIB que vous citez d'ailleurs et c'est la personne réelle qui a écrit l'histoire de fiction .


    La position du narrateur, c'est la place qu'il occupe par rapport à l'histoire : ou bien il la raconte du dehors, ou bien il participe à cette histoire en tant que personnage.
    a) Le narrateur extérieur à l'histoire (narrateur hétérodiégétique).
    - Même extérieur à l'histoire, le narrateur peut livrer dans sa narration des traces de sa présence : le récit au sens strict laisse alors place au discours ; des indices d'énonciation signalent la présence de quelqu'un qui juge les personnages, organise le récit, propose des réflexions. Ces manifestations du narrateur sont fréquentes dans les romans de Stendhal ou de Balzac.
    - Mais pour entretenir davantage l'illusion réaliste, le romancier peut choisir de dissimuler la présence du narrateur : les faits semblent alors se raconter d'eux-mêmes, sur le mode du récit pur (3e personne, temps du passé), les marques du discours n'apparaissent que dans les dialogues. Cette tendance s'impose dans les romans de Flaubert ou de Zola.
    b) Le narrateur-personnage (narrateur homodiégétique).
    - Le narrateur raconte sa propre histoire : le héros rapporte l'aventure qu'il a vécue. Le lecteur peut ainsi avoir l'impression d'entrer de plain-pied dans l'histoire (voir L'Etranger).
    - Le narrateur peut aussi raconter des faits dont il n'a pas été l'acteur principal mais simplement un témoin, à distance du héros que l'on découvre alors de manière indirecte (voir Le Grand Meaulnes).
    Le romancier opte parfois pour un dispositif complexe qui combine ces différentes possibilités : un premier narrateur laisse la parole à un second ; le narrateur que l'on croyait «au dehors» révèle qu'il a participé aux faits, etc. De telles structures peuvent difficilement être repérées dans les limites d'un extrait, mais il est important de les identifier dans une œuvre complète.'coursdefrançais.net)

    Il s'agit maintenant de situer Mohemed Dib par rapport à son récit, et vous aurez la réponse à votre question, mais à travers un court extrait, je crois qu'il serait difficile de donner une réponse définitive...d'autres collègues pensent autre chose peut être, leurs réactions seront enrichissantes,non seulement pour vous Zhor, mais bien pour tout le monde car il est important de connaitre les modalités de la narration pour aborder le schéma narratif.

    Source: http://www.khouasweb.info

      La date/heure actuelle est Lun 6 Avr - 18:07